En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Pastel la revue

Tous les articles (7)
  • Pastel n°7 Enseigner la République, transmettre ses valeurs

    Par J CHRISTOPHE SANCHEZ, publié le dimanche 3 juillet 2016 21:55 - Mis à jour le dimanche 3 juillet 2016 21:55

    De l'exemplarité des valeurs aux valeurs de l'exemplarité...

    Au-delà de l'alternance histoire-géographie qui guide la politique éditoriale de la revue PASTEL, la rédaction a souhaité consacrer ce septième numéro à un thème qui, à ses yeux, relevait de l'évidence. En effet, après les attentats de janvier et de novembre 2015, après une année scolaire qui aura vu la mise en place de l'enseignement moral et civique, dans la dynamique du plan de mobilisation de l'École pour les valeurs de la République, nous avons donc décidé de choisir comme thème : « Enseigner la République, transmettre ses valeurs ».

    Couverture Pastel 2016Comme pour les numéros précédents, PASTEL a tout d'abord voulu offrir un outil à disposition des professeurs.

    Fidèle à la tradition des parutions antérieures, l'architecture de ce nouveau numéro repose sur des contributions où se conjuguent les approches didactiques, culturelles et intellectuelles pour mieux appréhender une problématique qui est aujourd'hui l'objet de débats engagés et dont les déclinaisons pédagogiques offrent un large champ des possibles.


    De grands spécialistes de la question nous ont fait l'honneur d'apporter leur éclairage et leur expertise en dépit de nombreuses sollicitations en cette année si particulière.

    De Jean Baubérot à Laurence Loeffel, en passant par Benoît Falaise, Jean-Michel Ducomte, Olivier Loubes et Vincent Duclert, tous ont accepté de collaborer à la réalisation de ce numéro exceptionnel.


    Nous avons également innové en ouvrant nos colonnes aux services éducatifs, partenaires importants de nombreux projets pédagogiques, afin qu'ils nous proposent, à travers un document patrimonial, une approche originale de la question républicaine.


    Dans ce même registre, nous avons sollicité le réseau CANOPE afin de pouvoir disposer d'un état des lieux actualisé quant aux ressources disponibles autour d'un thème où les productions se comptent aujourd'hui par centaines.


    Comme l'écrit et l'analyse si bien notre grand témoin, Vincent Duclert, « L'École est, et sera, en première ligne, avec fermeté, discernement et pédagogie, pour répondre au défi républicain, parce que c'est son identité et sa mission profonde. École et République sont indissociables. Elles doivent le rester. » Et Vincent Duclert de rappeler que, « L'enseignement des valeurs de la République tel qu'il apparaît dans cette politique de mobilisation de l'École ne propose pas un catéchisme républicain ou un ensemble de préceptes abstraits. Il contient des recommandations de mise en oeuvre qui aspirent à démontrer que ces valeurs sont vivantes, allant jusqu'à suggérer que leur raison même est d'être vivantes, incarnées dans les personnes et les citoyens, dans la société, dans l'État et bien sûr dans l'École ».


    Tel est bien l'objectif majeur dévolu à ce numéro : traduire dans le concret des pratiques pédagogiques le sens, l'actualité et
    les enjeux des valeurs de la République. À ce titre, nous avons fait le choix d'accorder une large place à la laïcité tant les débats
    autour de cette question sont nombreux.


    Fidèle à sa politique éditoriale, PASTEL a ouvert ses colonnes à diverses sensibilités et à diverses approches. Les contributions proposées à votre réflexion n'engagent que leurs auteurs mais elles offrent, sinon le privilège, du moins la possibilité de marquer un temps de pause nécessaire, un temps de réflexion indispensable autour d'une interrogation centrale qui questionne le sens même de l'École.

    Bien au-delà de la formule « Si la République a fait l'École, aujourd'hui c'est l'École qui fait la République », il nous faut en réalité nous positionner autour d'une démarche beaucoup plus distanciée et complexe qui s'organise et se structure autour d'une exigence qui nous oblige, chacun et tous : l'exemplarité du fonctionnaire quels que soient son statut, son titre, ses diplômes et le poste qu'il occupe. C'est bien lui, d'abord et surtout, qui incarne et peut transmettre les valeurs de la République aux yeux des élèves qui lui sont confiés.

    Pour la rédaction de PASTEL
    François Icher, Inspecteur d'académie, Inspecteur pédagogique régional d'histoire-géographie
    Référent académique mémoire, défense et citoyenneté

  • Pastel n°4- Défense, géopolitique et conflits : approches spatiales et civiques

    1
    Par J CHRISTOPHE SANCHEZ, publié le lundi 14 septembre 2015 16:28 - Mis à jour le lundi 14 septembre 2015 17:16
     

    Le quatrième numéro de la revue Pastel nait alors que l’intervention française au Mali introduit au coeur des classes des questionnements qui mêlent de façon parfois désordonnée géopolitique et géographie des conflits, notions de sécurité et de défense, référence aux valeurs et enjeux pour la démocratie. De façon plus générale, la multiplication à toutes les échelles territoriales des conflits entre acteurs divers et des atteintes à la sécurité selon des formes renouvelées, mais aussi leur couverture voire leur amplification par les médias ou les réseaux sociaux, interrogent nos élèves qui demandent à leurs professeurs des outils pour comprendre et expliquer ces phénomènes et se positionner comme des acteurs responsables face à ces derniers. Les derniers programmes de collège et de lycée ont renforcé la dimension géopolitique des thématiques qui y sont étudiées. La géographie des conflits, inscrite au programme des concours de recrutement des nouveaux professeurs d’histoire-géographie, participe aujourd’hui dans nos établissements à ce décryptage du monde rendu nécessaire par la complexité de son évolution. L’éducation à la défense, associée aux analyses conduites dans les enseignements d’histoire et de géographie, constitue une des pierres angulaires de l’éducation civique portée par les enseignants devant nos élèves.

    Ce nouveau numéro de Pastel a été conçu pour croiser et interroger librement ces problématiques avec la même volonté qui guide chacun de ses numéros : celle de mêler mises au point scientifiques et propositions pédagogiques, en n’oubliant pas notre dimension académique, présentation de ressources et point de vue institutionnel. Les auteurs de ces différentes contributions doivent recevoir ici tous nos remerciements pour leur participation, parfois renouvelée, à l’enrichissement de la revue. Nos remerciements vont également, bien naturellement, à l’équipe qui, bénévolement et avec des moyens très limités, réalise depuis quatre ans le long et lourd travail de conception, de rédaction et de mise en forme de Pastel. C’est une très grande satisfaction pour l’inspection pédagogique régionale de pouvoir présenter une publication numérique de cette qualité aux professeurs de l’académie de Toulouse, dont beaucoup désormais ont apporté leur pierre à l’édifice, mais aussi aux lecteurs de plus en plus nombreux des autres académies de France.


    Thierry Duclerc 
    Laurent Soutenet 
    Marie-Christine Roques 
    IA-IPR - Académie de Toulouse

     

  • Pastel n°3 - Les sociétés coloniales (XVIIIème-XXème siècles)

    1
    Par J CHRISTOPHE SANCHEZ, publié le lundi 14 septembre 2015 16:28 - Mis à jour le lundi 14 septembre 2015 17:15
     

     

     

    L’histoire du fait colonial a connu depuis deux décennies un profond renouvellement dont témoignent les évolutions de l’historiographie. Les mutations récentes de la recherche sur cette thématique montrent combien se sont élargis et diversifiés les questionnements qui guident désormais le travail des chercheurs. Placée dans le champ de l’histoire culturelle, interrogeant de nouveaux acteurs, intégrant les problématiques construites à l’échelle mondiale par de nouveaux courants historiographiques, l’histoire du fait colonial ne peut plus s’enseigner comme elle le fut quelques années en arrière seulement. Parallèlement à ce mouvement, la demande sociale d’histoire sur ce sujet s’est considérablement accrue. L’histoire du fait colonial, parfois instrumentalisée, répondant à des enjeux mémoriaux faisant d’elle une « question sensible », n’a pas échappé aux raccourcis simplistes.
    Les nouveaux programmes d’histoire du collège et du lycée font désormais une place importante à l’étude du fait colonial, contextualisée selon une perspective longue, éclairée par de nouvelles problématiques, croisant les discours d’acteurs multiples et comparant des exemples significatifs qui privilégient les approches concrètes. Ils proposent aux professeurs d’aborder avec leurs élèves la complexité des expériences coloniales.
    Ce troisième numéro de la revue Pastel consacré aux sociétés coloniales se veut une contribution modeste au renouvellement de l’enseignement de ce thème. Il s’appuie notamment sur le riche travail conduit dans le cadre d’une recherche formation durant trois années par une équipe de professeurs de notre académie, sous la direction scientifique de professeurs de l’université de Toulouse le Mirail. Il pourra être utilisé par les candidats aux concours de recrutement des professeurs d’histoire-géographie, dont une question au programme à partir de la session 2013 portera sur ce sujet. Nous avons l’espoir qu’il aidera les professeurs d’histoire et de géographie des collèges et des lycées à aborder de façon dépassionnée ce qui apparait encore comme une «question socialement vive » dont le traitement critique, documenté et rigoureux doit constituer un moment fort de nos enseignements. 

    L’équipe des inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux
    Thierry Duclerc
    Marie-Christine Roques
    Laurent Soutenet


    L’équipe de coordination
    Emmanuel Attali (professeur au collège Fermat de Toulouse)
    Jérôme Girard (professeur au lycée Ozenne de Toulouse)
    Fabien Jouvé (professeur au collège Voltaire à Colomiers)
    Stéphanie Maffre (professeur au lycée Bourdelle à Montauban)
    Hubert Strouk (professeur au lycée des Arènes à Toulouse)

  • Pastel n°2 -Environnement et développement durable

    1
    Par J CHRISTOPHE SANCHEZ, publié le lundi 14 septembre 2015 16:27 - Mis à jour le lundi 14 septembre 2015 17:14
     

     

    L’introduction de la question du développement durable dans les nouveaux programmes de géographie au collège et au lycée suscite de nombreuses interrogations chez les professeurs.
    Comment comprendre ce qui apparaît comme un nouveau paradigme disciplinaire dans le tintamarre médiatique qui privilégie sur cette question les analyses angoissées et un catastrophisme aveuglant ?
    Comment interroger de façon rigoureuse cet objet complexe, toujours en construction, pour l’éclairer et le comprendre à toutes les échelles ? conscience civique basée sur l’acquisition de connaissances solides et la pratique du débat prospectif qui est au coeur de nos enseignements ?
    leur point de vue particulier sur les enjeux de cette approche du développement. Centrant leur regard sur le développement raisonné des sociétés, ils étudient la manière dont celles-ci utilisent leurs ressources et transforment leurs territoires, en intégrant dans leur grille de lecture du monde les trois dimensions, l’économique, le social, l’environnemental, mais aussi la dimension culturelle du développement durable. Ils posent ainsi la question d’un développement plus juste, favorisant l’équité sociale et spatiale, prenant en compte la problématique du développement des Suds.
    Ce deuxième numéro de Pastel a pour objectif d’apporter de nouveaux éléments d’analyse aux professeurs d’histoire-géographie de notre académie sur cette problématique. Il associe des contributions autorisant sa mise en perspective historique choisis à différentes échelles. Il intègre aussi une nécessaire ouverture vers d’autres disciplines et laisse la place ouverte au débat. Nous espérons qu’il constituera une aide utile pour tous, en favorisant un plus juste positionnement des professeurs, pour une mise en oeuvre pédagogique et didactique pertinente des programmes.

    L’équipe des inspecteurs d’académie - inspecteurs pédagogiques régionaux
    Thierry Duclerc
    Marie-Christine Roques
    Laurent Soutenet

    L’équipe de coordination
    Emmanuel Attali (Professeur au Collège Pierre de Fermat à Toulouse)
    Fabien Jouvé (Professeur au Collège Voltaire à Colomiers)
    Stéphanie Maffre (Professeur au Lycée Bourdelle à Montauban)
    Hubert Strouk (Professeur au Lycée des Arènes à Toulouse)

     

  • Pastel n°5 - Commémorer la Première Guerre mondiale : entre histoire et mémoire

    1
    Par J CHRISTOPHE SANCHEZ, publié le lundi 14 septembre 2015 16:29 - Mis à jour le lundi 14 septembre 2015 17:00
     

    Le Centenaire de la Première Guerre mondiale comme temps de transmission aux jeunes générations. Réflexions sur l’action pédagogique de la Mission du Centenaire 1914-1918 : réflexions pour un Centenaire Les archives de la Grande Guerre, des sources inexploitées, des sources méconnues ? Cent ans après, la Grande Guerre vue par un officier français Du savoir savant au savoir enseigné : didactique de la complexité Comment enseigner la Première Guerre mondiale à l’école primaire ? «Vivre et mourir en temps de guerre» : la Première Guerre mondiale en STI2D La Grande Guerre dans la BD récente

     

     

     

    Ce cinquième numéro de la revue Pastel consacré au centenaire de la Première Guerre mondiale se veut, comme les numéros précédents, un outil à disposition des enseignants. Il prend appui sur les journées des 28 et 29 janvier 2014 qui ont vu, dans l’académie de Toulouse, le lancement officiel du cycle des commémorations de la Grande Guerre organisé autour de la rencontre toujours nécessaire et bénéfique entre domaines scientifique et pédagogique. Certains intervenants de ces deux journées ont bien voulu contribuer à ce numéro en proposant leur vision et leur approche du Centenaire. Dans le domaine sensible de la mémoire, il convient donc de les considérer comme des réflexions personnelles et non comme un point de vue institutionnel. Au-delà des divergences qui peuvent encore animer la communauté des historiens quant aux lectures possibles de ce premier conflit mondial, la rédaction de la revue Pastel a souhaité proposer une offre intellectuelle, culturelle et civique rédigée par des acteurs impliqués depuis de longues années dans un travail de recherches et/ou dans des projets pédagogiques autour de la Première Guerre mondiale. A ce titre, la revue Pastel se devait également d’accueillir dans ses colonnes une contribution de la Mission nationale du Centenaire.
    Commémorer dans nos classes la Première Guerre mondiale c’est avant tout rendre visible à nos élèves le dialogue complexe entre l’histoire et les mémoires liées à un fait qui a fortement marqué notre pays et bien au-delà de ses frontières. Commémorer c’est également l’opportunité de porter la lumière sur le sens de mots tels que patrie, Etat et nation, de revisiter les définitions plurielles de guerre et paix, de réfléchir sur la notion d’engagement et de sensibiliser l’élève (comme l’adulte) au danger de lire le passé à l’aune d’une grille de lecture rédigée selon un système de valeurs différent de celui qui animait la société d’il y a cent ans. Pour toutes ces raisons, il nous a paru important de consacrer l’essentiel de ce numéro à la déclinaison pédagogique du centenaire, considéré dans toute sa diversité et sa complexité. Les archives, les traces, les témoignages constituent, avec les apports historiographiques les plus récents, les supports privilégiés pour étudier et analyser ce conflit passé afin de mieux le comprendre, de se l’approprier pour en extraire les éléments utiles à la lecture du monde d’aujourd’hui. Nous sommes bien ici au centre des préoccupations de l’enseignement de l’histoire qui nous invite à adopter une posture de décryptage du monde plutôt que d’accumulations gratuites de savoirs. Entre histoire et mémoires, commémorer est un acte d’avenir.

    Les inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux,
    François Icher,
    Marie-Christine Roques. 

Trier par
Catégories
Auteurs