En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Bachibac

Séance test - SEVILLA EN EL SIGLO XVI Y EL COMERCIO CON AMÉRICA

Par JOSE ABRAMI, publié le samedi 11 juin 2016 12:53 - Mis à jour le samedi 11 juin 2016 12:54

BACHIBAC 2de

Tema 4 - NUEVOS HORIZONTES GEOGRÁFICOS Y CULTURALES DE LOS EUROPEOS EN LA ÉPOCA MODERNA

SEVILLA EN EL SIGLO XVI Y EL COMERCIO CON AMÉRICA

La section, le niveau ainsi que le thème devraient être clairement identifiés dés le début afin de faciliter la lecture pour l’enseignant. Cela peut être rappelé à partir de la page de téléchargement ou directement sur le fichier, voire dans les deux cas.

 

A – Pourquoi étudier ce cas ?

Cette partie est destinée à replacer l’étude dans le programme et à l’éclairer à partir des documents d’accompagnement. Il me semble pertinent de rappeler systématiquement les indications des documents d’accompagnement.

- Le programme (Bulletin officiel n° 4 du 29 avril 2010)

Le programme d'enseignement commun d'histoire-géographie en classe de seconde des séries générales aborde la question des Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens à l’époque moderne (thème 4).

La mise en œuvre propose de traiter cette question à partir d’une étude obligatoire  de Constantinople à Istanbul: un lieu de contacts entre différentes cultures et religions (chrétiennes, musulmane, juive) et de deux autres études à choisir parmi quatre :

- un navigateur européen et ses voyages de découverte ;

- un grand port européen ;

- une cité précolombienne confrontée à la conquête et à la colonisation européenne;

- Pékin.

- Les Documents d’accompagnement 

- Problématiques.

La question doit être rattachée à la notion plurielle de modernité. Il s’agit de mettre en évidence la construction progressive mais aussi la diversité des formes de modernité qui, s’élaborant loin d’elle, s’éloignent de la conception revendiquée par l’Europe. Ces modernités se forgent au contact d’autres humanités et d’autres savoirs au prix de risques, d’échanges mais aussi d’agressions.

Elle invite à explorer les différents aspects d’une première mondialisation : désenclavement des hommes et des idées, projection de l’Europe dans le monde, regards croisés entre civilisations, acculturation réciproque... Elle interroge aussi sur les limites de ces bouleversements. C’est pourquoi le programme propose une approche qui, jouant sur les échelles et les temporalités, privilégie les interconnections.

Ce processus de mondialisation est largement le fruit de l’expansion européenne dont il faut comprendre les modalités et les facteurs. Outre les données politiques et matérielles, il convient de prendre en compte la dimension religieuse et culturelle de la conquête : la conviction des Européens qu’ils doivent se mêler du sort des autres hommes et qu’ils ont été choisis pour cela s’accompagne du sentiment paradoxal de découvrir les merveilles du reste du monde.

 

- Supports d’étude.

Aux XVe et XVIe siècles, l’espace méditerranéen perd de son importance au profit de l’Atlantique.

L’étude d’un grand port permet d’expliquer ce basculement fondamental. Plusieurs choix sont possibles :

- L’étude de Séville, seul grand port habilité pour le trafic de l’or puis de l’argent, conduit à interroger le rôle de l’afflux de métal précieux dans le développement économique de l’Espagne et de l’Europe mais aussi à évoquer les grandes flottes espagnoles qui rejoignaient les Amériques en montrant la diversité des importations. 

 

- Pièges à éviter dans la mise en œuvre.

- Aborder les études sans avoir défini un cadrage spatial et chronologique.

- Ne pas articuler les études choisies : un fil conducteur doit découler de la problématisation de la question.

- Isoler l’étude d’une cité, d’un port, d’un navigateur de son contexte national et international.

- Restreindre l’approche à la question de l’expansion européenne sans permettre aux élèves d’accéder à des regards croisés. 

 

B – Place de la séance dans la séquence

En fonction du type de section (européenne ou binationale), cette partie vise à replacer l’étude dans la séquence. Mentionner, selon la section, le nombre d’heure consacrée au thème et le nombre d’heure consacrée à l’étude.

Pour les sections binationales espagnol, il semble possible de remplacer l’étude obligatoire de Constantinople à Istanbul: un lieu de contacts entre différentes cultures et religions (chrétiennes, musulmane, juive) par l’étude d’un navigateur européen et ses voyages de découverte, en l’occurrence par l’étude de Christophe Colomb et de ses voyages, auxquels nous consacrerons deux heures. La séance sur Séville s’inscrit après cette étude et nous y consacrons également deux heures. Pour terminer l’étude de ce sous-thème, nous choisissons l’étude d’une cité précolombienne confrontée à la conquête et à la colonisation européenne, pendant deux heures.

Les quatre dernières heures seront consacrées à un des deux autres sous-thèmes :

- Les hommes de la Renaissance (XVe-XVIe siècles)

- L’essor d’un nouvel esprit scientifique et technique (XVIe-XVIIIe siècle).

 

C – Pistes d’exploitation possibles

Il s’agit de présenter la problématique utilisée ou l’approche privilégiée pour l’étude.

On peut débuter par l’étude du tableau attribué à Alonso Sánchez Coello afin de mettre en valeur la richesse et la diversité des activités portuaires de la ville de Séville.

La démonstration consistera à expliquer comment Séville est parvenue à cette richesse et quelles en furent les conséquences pour la ville et l’Espagne.

1. ¿Cómo Sevilla se convirtió en el centro del comercio con América?

Les différentes étapes institutionnelles qui permirent à la ville d’asseoir son monopole sur le commerce avec l’Amérique sont analysées dans cette partie.

2. ¿Qué lugar ocupó Sevilla en el comercio europeo e internacional?

Il s’agit ici de décrire le commerce avec l’Amérique mais également avec l’Europe.

3. ¿Cuáles fueron las consecuencias de este comercio para  Sevilla y España?

L’enrichissement de la ville, du pays mais aussi l’augmentation des prix provoqués par l’afflux des richesses du « nouveau monde ». 

 

D – Documents utilisés

Présenter rapidement les différents documents sur lesquels appuyer la séquence ou la séance, accompagnés d’un questionnement ou de pistes d’exploitation. Il est possible d’indiquer d’autres sources non utilisées.

 

 - Vista de Sevilla, atribuido a SÁNCHEZ COELLO, Alonso, Óleo sobre Lienzo, 300 cm por 150 cm, 1590[ca], Museo de América (http://museodeamerica.mcu.es/).

Un commentaire de l’œuvre sur le site Lexique de l’Espagne Moderne, par Michel Boeglin et Vincent Parello, Maîtres de Conférences à l’Université de Montpellier III :

http://meticebeta.univ-montp3.fr/lexique/index.php?option=com_content&task=view&id=652&Itemid=36

 

Ordenanzas para la Casa de Contratación de Sevilla, 1503. Archivo General de Indias, Patronato,  251, ramo 1.

- Orden del Rey Felipe II, Madrid 16 de julio de 1561.

Le 1er document décrit la création de la Casa de Contratación qui obtient le monopole du commerce avec les nouveaux territoires et le 2e présente la mise en place de deux convois annuels qui s’y rendent.

Ces deux textes permettent de comprendre la mise en place institutionnelle du monopole de Séville sur le commerce avec les Amériques.

 

- Carte “La Carrera de Indias, siglo XVI-XVII”.

- Graphique “La importación de metales preciosos de América, 1503-1660”

Ces documents sont issus de l’Atlas de la historia del territorio de Andalucía, Instituto de Cartografía de Andalucía, Junta de Andalucía, 2009, p. 129, accessible en ligne gratuitement.

(http://www.juntadeandalucia.es/institutodeestadisticaycartografia/atlasterritorio/at/atlas_presenta.htm)

 

- Extrait de l’acte I de l’œuvre de Lope de Vega (1562-1635), El arenal de Sevilla,  Acte I, v 22 a 39.

Cet extrait peut faire l’objet d’une étude complémentaire en littérature (théâtre du siècle d’or).

Il s’agit, à partir de ces trois documents, de visualiser les routes maritimes empruntées depuis Séville et de montrer la diversité des produits importés et exportés, leurs origines ainsi que l’évolution des importations des métaux précieux.

 

- Evolución de la población de Sevilla en el siglo XVI

- Extrait du chapitre I du livre II de Tomás de Mercado, Suma de tratos y contratos, Sevilla, 1569.

- Evolución de los precios en España y de las remesas de metales americanos (1500-1650)

L’augmentation de la population et les transformations sociales (attrait des nobles pour le commerce) sont mises en valeur. On peut croiser ces documents avec l’extrait de Lope de Vega pour montrer la diversité des marchands présents à Séville.

Le dernier document met en évidence la hausse des prix dans la péninsule avec l’afflux des métaux précieux.

 

Autres sources possibles :

Il est possible d’utiliser des extraits de texte de voyageurs qui décrivent la ville de Séville au XVIe siècle. L’ambassadeur de Venise auprès de Carlo I, Andrea Navagero en 1525-1528, dont le  récit de son séjour fut publié à Venise en 1563, ou celui d’un étudiant allemand, Diego Cuelbis en 1599-1600 (Tesoro Chorografico de las Espannas por el Señor Diego Cuelvis).

D’autres sources sont disponibles. Tomás de Mercado, économiste et théologien dominicain (1523 ou 1530-1575), Suma de tratos y contratos (Sevilla, 1571) et Alonso de Morgado, écrivain et prêtre à Séville (Eglise de Santa Ana, Quartier de Triana), qui est l’auteur de la première Historia de Sevilla imprimée en 1587.

 

E – Bibliographie et sitographie

Un des principaux intérêts des sections linguistiques est qu’elles permettent d’entrer dans les programmes par des thématiques en relation avec l’aire culturelle de la langue de la section. Cela pose deux problèmes majeurs pour l’enseignant :

- une problème de connaissances, les thèmes n’ont pas forcément été abordés durant leur cursus universitaire ou bien, ils doivent être mis à jour ;

- faute de manuels scolaires, les documents utilisables sont parfois difficiles à trouver.

 Il semble donc pertinent de proposer une bibliographie et une sitographie.

 

Boucheron P., (éd), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009.

Gruzinski S., les quatre parties du monde : Histoire d’une mondialisation, Paris, éditions de la Martinière, 2004.

Duteil J-P., l’Europe à la découverte du monde du 13 e au 17e siècle, Campus, Armand colin, 2003

Garcia Barquero A., La carrera de Indias. Histoire du commerce hispano-américain (XVIe ‑XVIIIe siècle), Desjonquères, Paris, 1993 (traduction par Bennassar, B.).

A. Acosta Rodriguez, A. Gonzalez Rodriguez, E. Vila Vilar (Coord.), La casa de la contratación y la navegación entre España y las Indias, Universidad de Sevilla, CSIC,  Fundación El Monte, Sevilla, 2004. http://dialnet.unirioja.es/servlet/libro?codigo=5565

 

Sitographie

Alma Mater Hispalense

http://personal.us.es/alporu/histsevilla/index.htm

Site personnel très détaillé sur Séville au XVIe siècle élaboré par Alfonso Pozo Ruiz, de l’Université de Séville en 2005 pour le Ve centenaire de l’Université de Séville.

Cervantès Virtual

http://www.cervantesvirtual.com/portal/exploradores/

Andrea Navagero, ambassadeur de Venise

http://www.cervantesvirtual.com/bib/portal/exploradores/pcuartonivelcc06.html?conten=viajeros&pagina=viajeros1_44.jsp&tit3=1525-1528,+Andrea+Navagero+%28embajador%29

Museo de América

Différentes vues du tableau attribué à SÁNCHEZ COELLO en faisant une recherche dans le catalogue virtuel:

http://ceres.mcu.es/pages/SimpleSearch?Museo=MAM

La flotte des Indes

http://www.almendron.com/historia/moderna/flota_indias/flota_00.htm

El riesgo en el comercio hispano-indio, s. XVI-s. XIX

http://www.almendron.com/historia/moderna/seguros/seguros.htm

Images de Séville au XVIe

http://www.univ-montp3.fr/boeglin/cours/es1b5docs_urbs.htm#2

 

 

 

 

Pièces jointes
Catégories
  • Seconde
  • Histoire